Guy Carlier

Spectacle "Carl et Guitou" en rodage

Social



Page Facebook   Instagram


Contact ScĂšne



TS3
Bertrand Hodot
b.hodot@tsprod.com


« Ce spectacle aurait dĂ» s’appeler : Dieu, le Requiem de Mozart et le Tupperware de Jocelyne. Mais l’audace de ce titre risquait d’effrayer les critiques, aussi ai-je finalement optĂ© pour Carl et Guitou.

Au moment de ma création, Dieu en pleine altercation avec son épouse, commis une terrible erreur de dosage qui me fit un corps tellement volumineux que pour le remplir, il créa deux Carlier, Carl dont la méchanceté rigolarde amusa la France entiÚre et le gentil Guitou, triste et résigné qui mangea pour oublier Carl. »

Mais ça c’Ă©tait avant.

Avant que François Rollin ne raconte Ă  Carlier une journĂ©e particuliĂšre, une journĂ©e vertigineuse qui fit exploser sa vie et qui fait exploser le spectacle. Dans la deuxiĂšme partie, tout bascule. Guitou dĂ©cide de rĂ©enchanter la vie des gĂ©nĂ©rations futures en partageant avec le public l’ivresse des belles choses.

A la fin du spectacle, chaque spectateur aura tuĂ© le Carl qui sommeille en lui et emportera au fond du cƓur les raisons qui font que la vie vaut d’ĂȘtre vĂ©cue.

Dans ce spectacle on pleure un peu, on rit beaucoup et on chante « résiste » avec les vaches dans les prés du Morvan.